Aurevoir Domi

Chez Agitateurs public, nous avons perdu quelqu’un d’important en début de semaine. Dominique Champagne, notre Domi, notre trésorière, notre reine de l'accueil public, s'en est allé pour un long voyage.

Dominique était une membre hyperactive et une administratrice impliquée depuis près de six ans au sein de notre projet associatif, bien qu’on ait l’impression de notre côté que c’était depuis bien plus longtemps, tellement sa présence, sa façon d’être au monde, ont infusé l’air de rien notre manière de travailler et d’imaginer l’ensemble de nos événements sur le territoire. Dès qu’on approchait d’un doute ou d’un petit coup de mou, c’était un profond soutien, une source inépuisable d’énergie positive pour nous tous.

On écrit là ces lignes en se demandant quand même si tout ça lui plairait! Car Domi était une dame vraiment très peu portée sur les honneurs et les discours dès qu’ils devenaient un brin trop sérieux ou solennels.

Chacun des membres, chacun des bénévoles d’Agitateurs public se souviendra des pouvoirs magiques de son rire communicatif. La capacité de celui-ci à résonner plus fort que le plus fort des amplis de la scène. Un rire franc et populaire, aussi beau qu’il est sincère, offert à n’importe quel chien avec un chapeau passant par l’accueil ou la buvette.

Vraie pionnière dans la déconne dunkerquoise, elle nous a toujours poussé un peu plus dans la recherche de fantaisie, du truc qui fait sortir la monotonie de l’ordinaire. Il s’agissait partout tout le temps de chasser le mauvais nuage. Tenir carnaval sans attendre que le mardi passe au gras. Il s’agissait de rire, encore, bien et mieux, toujours et même si. Chérir les traditions locales, sans pour autant les sanctifier. Honorer par elles une forme d’héritage transgressif, d’anarchisme par la fête.

Domi était malade depuis fort longtemps, et c’est à peu près tout ce qu’on en savait. Elle n’en parlait pas, elle ne préférait pas car quand elle venait sur nos événements ce n’était jamais le sujet. Pour elle, s’il y a un sujet qui vaille le coup de s’épancher, c’est celui d’être ensemble et d’imaginer mille et un trucs pour faire ça du mieux qu’on peut avec le temps qu’on a. Car si on y pense un peu, on a pas vraiment le choix.

Nos pensées vont à « Chouche » son mari, ses enfants, ses parents, ainsi qu’à tout ceux qui entendent encore aujourd’hui Domi rigoler.

Les membres d'Agitateurs Public